Le Ch'nord 2-70

Une journée qui tombe à l’eau

Cette 2ème nuit passée à Erquelinnes fut bien arrosée ! Et malheureusement, en disant cela, nous ne voulons pas dire qu’on a festoyé toute la nuit, ho non, ce serait trop beau… Mais plutôt qu’il a plu toute la nuit, ce qui aura tout de même permis de tester notre tente, et le verdict est bon, elle a tenu le coup face au vent, aux éclairs, et à la pluie battante. Heureusement, au réveil, le soleil était revenu. C’est donc confiants et sous un ciel (presque) bleu que nous remballons nos affaires.
Mais notre hôte bienveillant, Sebastien, nous a vite fait déchanter en nous mettant en garde : « Attention, le temps va tourner, la météo prévoit de l’orage pour cette après-midi ».
Nous reprenons tous de même notre route en espérant que la météo se soit trompée. Allez, on y croit !

De Bruxelles à Erquelinnes 14-14

Bon en vrai, si vous observez bien la photo, y’en a qu’un seul de nous deux qui y croit vraiment. Un petit indice… l’un est en t-shirt, l’autre en k-way. Moi je dis que celui qui est en t-shirt il bluffe. Tu bluffes Martoni que je t’dis !

Et puis 100 mètres plus loin, nous voilà en France. LA FRANCE !!! Ouf, toujours sous un ciel bleu, allez on y croit (ou pas).

Le Ch'nord 1-70

Et nous voici 15 km plus loin, à l’entrée de Maubeuge.

Le Ch'nord 2-70

Et jusqu’ici TOUT VA BIEN ! (Hum, mis à part le vent et le ciel menaçant, « mais à part ça Madame la Marquise TOUT VA TRES BIEN, TOUT VA TRES BIEN…« ).
Etant arrivés en France, il nous fallait acheter une nouvelle carte pour le téléphone. Florent est donc parti à la recherche d’un magasin SFR, et moi je suis restée vaillament pour tenir et surveiller notre monture.
Cinq minutes après qu’il soit parti, le vent est monté en puissance et le ciel s’est assombri soudainement (mais à part ça, Madame la Marquise, tout va très bien… ou pas !).
Malheureusement, ça ne semblait pas être une simple averse que le ciel nous avait réservé, non non non, ce serait trop facile pour des aventuriers de notre acabit. Ce fut tout simplement un déluge ! UN DELUGE ! La pluie et le vent étaient si violent que je devais tenir le vélo de toutes mes forces pour ne pas qu’il bascule.
C’est là que je me suis dit que Florent, en voyant la tempête dehors, allait certainement courir à mon secours pour m’aider à me mettre à l’abri avec le vélo. Mais pas de Florent en vue, car ce dernier avait une toute autre logique…
Il s’est dit que ça ne servait à rien qu’on soit tous les deux trempés et que le mieux à faire, c’était de rester à l’abri dans le magasin SFR. Hum… Sans commentaires.
Bon, on vous rassure, depuis on a mis les choses au point et on a revu nos stratégies à adopter en cas de situation de crise. La leçon du jour étant : « Lorsque le temps incertain sera, et qu’au magasin tu iras, ta femme à l’abri d’abord tu mettras… ».
Pour terminer l’anecdote : une fois le déluge passé, j’ai aperçu Florent revenir tranquillement, à peine mouillé, tout sourire et accompagné d’un gars en vélo. Ha ben oui, parce qu’au magasin SFR, du coup, il a eu le temps de faire copain copain avec un cyclo-voyageur finlandais.
Du coup, on a tous les trois hésité à reprendre la route, mais le ciel étant toujours menaçant, et puis surtout étant trempée et gelée jusqu’aux os, nous avons tous les trois décidés de passer au plan B : le REX HOTEL.

Le Ch'nord 3-70

C’est donc avec notre nouvel ami finlandais que nous avons effectué un repli stratégique, au sec et au chaud, dans cet hotel grand luxe : situé dans une des plus belles ruelles de Maubeuge , au 4ème étage sans ascenseur d’un bâtiment plein de charme, le Rex hotel et ces chambres tout confort (avec toilettes communes) fut providentiel pour nous.
Nous y avons tout de même passé une bonne nuit. Ce qui ne fut malheureusement pas le cas de notre nouvel ami, qui a passé la nuit avec une dent cassée la veille en mangeant du muesli. Au petit matin, nous l’avons donc aidé à trouver le seul dentiste de Maubeuge prêt à l’accepter sans rendez-vous. Puis nous lui avons souhaité bonne chance et avons repris notre route sous un ciel mitigé.

Laisser un commentaire